Parcours patrimoniaux

Une histoire de pont

Type : Pont
Adresse : Au coin de la rue Saint-Étienne et de la rue du Pont

Description historique

Depuis la construction de la première église en pierre, en 1750, un bac assure la traversée d’une rive à l’autre devant la place de l’église. À partir de 1790, plusieurs marchands exploiteront successivement à leur profit un pont à péage. Plus tard, vers 1850, la Société du pont Roberval, qui rassemble plusieurs notables de L’Assomption, en construit un nouveau qui, à l’instar des précédents, est emporté par les glaces. On rétablit alors le bac d’antan pour répondre aux besoins de la population, tandis que le marchand Tancrède Archambault jette un «pont volant» qu’on enlève à l’automne et qu’on réinstalle au printemps. En 1918, les cultivateurs au sud de la rivière réclament un pont fixe, solide et permanent, pour accéder en tout temps au village. Avec l’aide du député fédéral Paul-Arthur Séguin et du député provincial Walter Reed, le pont actuel est érigé deux ans plus tard par la Dominion Bridge et prendra le nom de «Reed-Séguin». Ce nouveau pont d’acier présente cependant une pente raide du côté de la rue Saint-Étienne, où passait autrefois la route 48 menant à Québec. Ainsi, en 1947, à la suite des plaintes des usagers, les autorités font abaisser le tablier de 1,5 mètre, tel qu’il est aujourd’hui. Finalement, en 1961, deux passerelles sont ajoutées pour la sécurité des piétons et des écoliers qui fréquentent l’école Saint-Louis, de l’autre côté de la rivière.

Liens et documents

Pont Reed-Séguin et inondations

Inscription à

l’infolettre du QDA

Inscrivez-vous à l’infolettre du Quartier des Arts et soyez
informé des nouveautés et primeurs de votre Quartier
avant tout le monde.

Super!
Nous confirmons votre inscription
Désolé, une erreur s’est produite.
Recommecez plus tard.
Continuer vers le site