Œuvres publiques

L'Ange du jugement dernier | Oeuvres monumentales entre ciel et terre

Type : Sculpture
Date de construction : 1978
Propriétaire constructeur : Germain Bergeron

Description architectural

À la sortie du Théâtre Hector-Charland, un guide d’exposition en main,
on aperçoit à gauche la sculpture d’un ange qui, au premier abord, semble
d’une grande douceur. De longues jambes fines, une délicate poitrine,
une courte robe rouge et une auréole, la féminité de cet ange de fer le
rend d’une sensualité particulière. Toutefois, la Bible présente les anges
comme étant des êtres asexués, ou du moins comme des « fils de Dieu
puisqu’ils sont fils de la résurrection » [Luc, 20, 36]. Voilà un premier
élément venant chambarder les interprétations possibles de cette oeuvre.
Le titre de cette sculpture, L’Ange du jugement dernier, référant au thème
biblique du jugement [Matthieu, 25, 31-46], qui fut entre autres repris
par Michel-Ange pour peindre le mur de l’autel de la chapelle Sixtine à
Rome, vient à nouveau perturber la lecture de l’oeuvre. En effet, cet épisode
correspondrait au moment où Dieu, le jour du Jugement, aidé de ses
anges, séparera les Hommes ayant mérité la vie éternelle de ceux méritant
le châtiment éternel. Pourquoi, à première vue, tant de douceur pour
représenter un ange devant accomplir une tâche aussi ingrate? Les
interrogations persistent lorsqu’on prend conscience des pièces de
ferraille utilisées pour composer la structure : la tête d’une broyeuse
agricole en guise de robe, une hélice lui servant d’ailes et le différentiel
d’un véhicule comme cou et tête du personnage. En utilisant cet attirail
mécanique pour construire un ange aussi charmant, Bergeron arrive à
représenter la violente scission découlant de cet épisode biblique :
bonheur infini pour les uns, souffrance à jamais pour les autres.

Référence

Guide d'exposition

Inscription à

l’infolettre du QDA

Inscrivez-vous à l’infolettre du Quartier des Arts et soyez
informé des nouveautés et primeurs de votre Quartier
avant tout le monde.

Super!
Nous confirmons votre inscription
Désolé, une erreur s’est produite.
Recommecez plus tard.
Continuer vers le site