Bâtiments historiques

Maison de la culture

Type : Bâtiments historiques
Date de construction : 1889
Adresse : 375, rue Saint-Pierre
Numéro de lot : 2 893 140
Statut juridique : Citation

Description architectural

- son volume, dont le plan rectangulaire, l'élévation de trois étages et demi, le toit mansardé, le soubassement surhaussé, le clocheton central coiffé d'un dôme;
- les matériaux, dont la maçonnerie en pierre à bossage, la pierre de taille des détails architecturaux (ouvertures, bandeaux et chaînes d'angle), la couverture en tôle (terrasson) et en ardoise (brisis), le bois des éléments décoratifs (corniche, frontons, clocheton, ouvertures), la brique de la cheminée;
- les ouvertures, dont leur ordonnance symétrique, la porte principale à double vantail surmontée d'une imposte vitrée, la porte à baies latérales surmontée d'une imposte vitrée, les fenêtres à battants à grands carreaux, les lucarnes à fronton, dont la grande lucarne centrale de la façade latérale droite;
- les éléments ornementaux, dont la corniche à modillons et les chaînes d'angle;
- l'escalier central menant à la porte principale;
- les annexes, dont leur plan rectangulaire, leur élévation de deux ou trois étages, leur toit plat et leur parement en brique grise;
- la tour, dont le plan polygonal, l'élévation à deux étages, le toit à pans coupés couvert de tôle, le parement en pierre et les chaînes d'angle.

Source: Ministère de la Culture et communications Québec, Répertoire du patrimoine culturel du Québec, 2013

Description historique

Ancien couvent de la congrégation de Notre-Dame. Les premières religieuses de la congrégation de Notre-Dame arrivent à L'Assomption en 1847. Elles viennent enseigner aux pensionnaires du couvent, construit vers 1843. Le nombre d'élèves augmente rapidement. En 1889, la communauté donne son accord pour la construction d'un nouvel édifice. Le couvent de la congrégation de Notre-Dame est maintenant connu sous le nom de Maison de la culture. L'édifice est probablement construit d'après des plans types de l'architecte Victor Bourgeau (1809-1888). À cette époque, l'architecte est décédé. Cependant, ses plans types continuent d'être utilisés. Victor Bourgeau, né à Lavaltrie, commence sa carrière dans les années 1820 comme apprenti menuisier et charpentier. Ce n'est qu'après 1847 qu'il pratique véritablement l'architecture. Il réalise de nombreuses églises, notamment l'intérieur de la basilique Notre-Dame, la cathédrale Marie-Reine-du-Monde et l'église de Saint-Pierre-Apôtre, à Montréal. La cathédrale Saint-Germain à Rimouski se trouve aussi du nombre. Bourgeau dessine également les plans de plusieurs couvents et monastères. Le couvent des Soeurs de la Charité et le pensionnat Notre-Dame-du-Saint-Rosaire, à Montréal, ainsi que le couvent des soeurs des Saints-Noms-de-Jésus-et-de-Marie, à Longueuil, font partie de ses réalisations. À L'Assomption, il conçoit l'église de L'Assomption-de-la-Sainte-Vierge et dirige les travaux d'aménagement du vieux palais de justice. L'architecture de l'ancien couvent de la congrégation de Notre-Dame s'apparente à un modèle alors largement utilisé au Québec dans le dernier quart du XIXe siècle. Celui-ci se caractérise par son plan rectangulaire, son soubassement surhaussé, son élévation de trois étages et son clocheton central. Le couvent de la Congrégation-de-Notre-Dame, à Neuville (1877), et la résidence du Bon-Pasteur, à Champlain (1882-1883), ont notamment été érigés selon ce modèle. Le couvent de L'Assomption présente tous les éléments caractéristiques de ce type de couvent. L'influence du style Second Empire sur l'architecture conventuelle québécoise se fait également sentir dans cet édifice. Ce style apparaît sous le règne de Napoléon III, en France. Il devient rapidement populaire aux États-Unis, d'où il est introduit au Canada. Au Québec, le style Second Empire se traduit essentiellement par l'utilisation d'un toit mansardé et d'une ornementation classique. L'architecture conventuelle québécoise de la fin du XIXe siècle en montre plusieurs exemples. Sa monumentalité, tout comme les valeurs de stabilité et de dignité qu'il dégage, correspondent à l'image associée aux couvents. Celui de L'Assomption se rattache à ce style architectural, entre autres par son toit mansardé, la symétrie de la composition de sa façade ainsi que par certains éléments d'ornementation tels que les chaînes d'angle et les frontons des lucarnes. À l'automne 1959, le pensionnat ferme ses portes. Cependant, le couvent, relevant désormais de la Commission scolaire de L'Assomption, continue d'accueillir quelques classes d'enseignement primaire. Vers la fin des années 1960, le couvent devient une maison de retraite pour les religieuses. La Ville de L'Assomption acquiert l'édifice en 1999; elle y aménage, entre autres la bibliothèque Christian-Roy en 2004. Considérant la nouvelle vocation culturelle de l'édifice, le nom de Maison de la culture lui est donné la même année. La Maison de la culture est citée en 2007. Source: Ministère de la Culture et communications Québec, Répertoire du patrimoine culturel du Québec, 2013

Inscription à

l’infolettre du QDA

Inscrivez-vous à l’infolettre du Quartier des Arts et soyez
informé des nouveautés et primeurs de votre Quartier
avant tout le monde.

Super!
Nous confirmons votre inscription
Désolé, une erreur s’est produite.
Recommecez plus tard.
Continuer vers le site