Parcours patrimoniaux

Enfin un couvent

Type : Bâtiments historiques
Adresse : 375, rue Saint-Pierre

Description historique

En 1757, le curé Jacques Degeay laisse à la fabrique un emplacement destiné aux sœurs de la Congrégation Notre-Dame. La Conquête, en 1760, et le manque de recrues dans la communauté retardent cependant la réalisation du rêve du curé Degeay : un couvent pour l’éducation des jeunes filles. Plus encore, la fondation du Collège de l’Assomption, en 1832, occupe toute l’attention et les ressources des autorités de la paroisse. Le projet prend forme, enfin, le jour de la Saint-Jean-Baptiste, célébrée pour la première fois à L’Assomption en 1843. À l’unanimité, on en décide alors la construction, pour laquelle on lance une souscription spontanée qui s’avère substantielle, dépassant 2 300 $. Deux ans plus tard, les syndics signent un contrat avec l’entrepreneur Joseph Pelletier, tandis que Mgr Rémi Gaulin recrute des enseignantes à la Congrégation Notre-Dame. En 1847, arrivent donc les deux premières religieuses; le couvent comptant déjà vingt-trois pensionnaires venues de L’Assomption, Saint-Roch, Saint-Jacques, Saint-Sulpice et Repentigny. Le 10 février de la même année, Mgr Rémi Gaulin, curé de la paroisse, bénit solennellement la nouvelle maison d’éducation. Les religieuses y dispensent alors toutes les connaissances utiles à la formation des jeunes filles destinées à devenir épouses, mères de famille et institutrices dans les écoles rurales. Bientôt, la musique, le chant, le dessin et la peinture s’ajoutent au cursus des étudiantes, puis viendront le latin, les sciences, la philosophie, les arts ménagers et l’économie domestique. En 1889, la nécessité d’un nouvel édifice s’impose pour accueillir plus de deux cents élèves et une dizaine de religieuses. La communauté donne donc son aval à la construction du bâtiment actuel, suivant les plans types de l’architecte Victor Bourgeau. Son architecture rappelle le couvent de Terrebonne et celui de Boucherville, également de la Congrégation Notre-Dame, construits à la même époque. À l’automne 1959, le pensionnat ferme ses portes, bien que le couvent accueille toujours quelques classes du niveau primaire de la Commission scolaire de L’Assomption, où les religieuses poursuivent leur enseignement. Cependant, vers la fin des années soixante, le vieux couvent devient une maison de retraite pour les religieuses, avant de passer aux mains de la Ville de L’Assomption, en 1999, qui lui donnera, entre autres, une vocation culturelle en y aménageant la bibliothèque Christian-Roy.

Liens et documents

Couvent et Victor Bourgeau

MRC de L'Assomption

Inscription à

l’infolettre du QDA

Inscrivez-vous à l’infolettre du Quartier des Arts et soyez
informé des nouveautés et primeurs de votre Quartier
avant tout le monde.

Super!
Nous confirmons votre inscription
Désolé, une erreur s’est produite.
Recommecez plus tard.
Continuer vers le site