Parcours patrimoniaux

Échos du passé

Type : Bâtiments patrimoniaux
Statut juridique : Protection provinciale

Description historique

VIEUX PALAIS DE JUSTICE *********************************************************************** Classé monument historique en 1973, le Vieux Palais de justice est reconnu comme étant le plus ancien bâtiment de ce type au Canada. Il figure également au 10e rang des plus anciennes cours de justice en Amérique du Nord. Son histoire commence en 1793. Une première maison de bois est alors bâtie pour le maître menuisier Laurent Dorval. En 1809, Laurent Dorval fils entreprend la construction d’une maison de pierre sur le même emplacement. Mais, en 1812, en reconnaissance d’une dette, il doit la vendre à Laurent Leroux. Une nièce du marchand et son mari, le docteur Jean-Baptiste Lebourdais, y habitent pendant près de dix ans. En 1820, incapable de s’acquitter de ses dettes, Laurent Dorval fils cède l’ensemble de ses propriétés à Laurent Leroux. Ce dernier l’engage pour effectuer des travaux afin de rendre la maison de l’extrémité sud-ouest semblable à celle des Lebourdais. L’espace entre les deux bâtiments est comblé par la construction d’un magasin qui, en 1832, abrite un comptoir de la Compagnie de la Baie d’Hudson. Jusqu’en 1857, les deux maisons adjacentes sont habitées par différentes familles. Cette année-là, le Conseil de comté achète tout l’édifice : on y loge la cour de justice au centre, la résidence du gardien à gauche et, à droite, le bureau d’enregistrement au rez-de-chaussée et le logement du juge à l’étage. L’architecte Victor Bourgeau est alors mandaté pour réaliser d’importantes rénovations afin d’harmoniser la réunion des trois bâtiments. Il élimine les lucarnes sur le toit pour en créer une seule au centre de la façade, ajoute une corniche à cette nouvelle toiture, aménage un portail d’esprit néoclassique et rehausse le plafond de la salle d’audience qu’il perce d’un puits de lumière. La Cour de justice cesse d’occuper les lieux en 1929, puis le Bureau d’enregistrement en 1979. Propriété de la Corporation de l’Oasis du Vieux Palais depuis 1987, le bâtiment est désormais un centre culturel. Il semble néanmoins résonner encore des plaidoyers d’anciens procès ou de ceux qui y ont été tournés pour le cinéma tels Le crime d’Ovide Plouffe (1984), Kamouraska (1973), Cordélia (1980), L’affaire Coffin (1979) et plusieurs autres. *********************************************************************** MAISON FARIBAULT *********************************************************************** En 1880, le notaire Joseph-Norbert Faribault fait ériger sa résidence familiale près de la rue Sainte-Anne sur l’ancien emplacement du tout premier cimetière du village. Auparavant, jusqu’en 1858, une maison de bois y était construite ; la mère et la soeur de Barthélemy Joliette, fondateur de L’Industrie (aujourd’hui Joliette) y habitent quelques temps. Le notaire accueille aussi chez lui en pension, pendant plusieurs années, les fils de la petite noblesse canadienne française qui fréquentent le Collège de l’Assomption. Au début du 20e siècle, la résidence est vendue à différents propriétaires avant que le notaire et député fédéral libéral, Paul-Arthur Séguin, s’y installe avec sa famille en 1913. Un des plus récents propriétaires a investi des sommes importantes, afin de lui redonner son cachet d’origine.

Liens et documents

10 - Echos du passe - final

Inscription à

l’infolettre du QDA

Inscrivez-vous à l’infolettre du Quartier des Arts et soyez
informé des nouveautés et primeurs de votre Quartier
avant tout le monde.

Super!
Nous confirmons votre inscription
Désolé, une erreur s’est produite.
Recommecez plus tard.
Continuer vers le site