Patrimoine religieux

Des cimetières invisibles

Description historique

Sous vos pieds, dans certaines églises, reposent parfois des dizaines de tombes. Ces cimetières étaient dits ad sanctos, ce qui signifie près des saints. Les gens plus fortunés s’offraient cette inhumation pour être le plus près possible d’un lieu saint dans l’attente de la résurrection. Être enterré sous l’église était un privilège. Cette pratique a cessé au XX siècle, ce qui explique que ce patrimoine funéraire est aujourd’hui méconnu. À L’Assomption, la dernière inhumation dans la crypte de l’église daterait de 1952. Les églises de L’Assomption, de Saint-Paul-l’Ermite, de Saint-Sulpice et la chapelle Bonsecours cachent des tombes disposées sans ordre apparent. Plusieurs tombeaux de brique ou de béton sont visibles, sauf à Saint-Sulpice où les tombes sont sous la terre. Certains tombeaux sont jumelés, d’autres sont solitaires. Il subsiste encore des niches vides. Le Collège de l’Assomption possède une crypte bien différente. Ses 89 sépultures sont disposées avec ordre et elles ne se distinguent les unes des autres que par leur épitaphe gravée sur une plaque de marbre. La crypte, aménagée comme une chapelle, comprend aussi un autel dédié aux saints Martyrs canadiens, un chemin de croix et plusieurs statues. Quelques messes y sont célébrées à chaque année, notamment pour commémorer les anciens du Collège. Source: MRC de L'Assomption

Liens et documents

cimetieres invisibles

MRC de L'Assomption

Inscription à

l’infolettre du QDA

Inscrivez-vous à l’infolettre du Quartier des Arts et soyez
informé des nouveautés et primeurs de votre Quartier
avant tout le monde.

Super!
Nous confirmons votre inscription
Désolé, une erreur s’est produite.
Recommecez plus tard.
Continuer vers le site