L'histoire de la

Ceinture Fléchée

La ceinture fléchée
de L’Assomption

Le tressage aux doigts est une pratique ancienne de plusieurs millénaires. Dans la région de L’Assomption, les artisanes auraient développé au 19e siècle, un savoir-faire unique, le fléché.

Issu de la technique universelle du chevron, il est beaucoup plus élaboré que son ancêtre et permet la formation de motifs d’une grande complexité. À cette époque, les artisanes mettent à profit leur créativité. Elles explorent l’agencement des motifs et des couleurs de la ceinture fléchée. Transmise de génération en génération, la fabrication de la ceinture fléchée est reconnue comme l’un des plus beaux tressages au monde.

Les rumeurs attribue à la ceinture fléchée une fonction pratique… il n’en est rien! À l’époque, la ceinture fléchée était un objet d’une grande valeur et d’un grand esthétisme. Elle servait à attacher de grands manteaux appelés des «capots». À L’Assomption, des marchands font le commerce des ceintures fléchées dans la première moitié du 19e siècle. L’un d’eux, Laurent LeRoux, revient à L’Assomption, vers 1794, pour reprendre les affaires de son défunt père. Il détient, pendant un certain temps, avec un autre marchand, Jacques Trullier dit Lacombe, le monopole de la confection et de la vente de la ceinture fléchée avec la North West Compagny.

Au tournant des années 1830, la Compagnie de la Baie d’Hudson instaure une standardisation qui permet aux artisanes d’être plus efficaces et d’avoir une production moins coûteuse. À la fin du 19e siècle, la commercialisation diminue drastiquement à cause de la fin du commerce des fourrures et de la disparition des grandes compagnies anglaises. La concurrence des ceintures tissées au métier provenant d’Angleterre ont également contribué au déclin de ce commerce.

La ceinture fléchée est reconnue, depuis 1985, comme le symbole régional de Lanaudière. De plus, en février 2016, la ministre de la Culture, Mme Hélène David, désigne le fléché comme élément du patrimoine immatériel du Québec. Ce geste symbolique reconnait la richesse de ce savoir-faire transmis par des femmes de la région de L’Assomption. Finalement, à l’automne de la même année, le conseil de ville de L’Assomption identifie également la ceinture fléchée de L’Assomption comme élément important du patrimoine culturel de sa communauté.

La ceinture fléchée continue de vivre grâce à des gens qui perpétuent la tradition. Ces artisans jouent un rôle capital dans la transmission d’un savoir-faire unique au monde!

L’histoire en vidéo

Résumé historique

Tutoriel

Inscription à

l’infolettre du QDA

Inscrivez-vous à l’infolettre du Quartier des Arts et soyez
informé des nouveautés et primeurs de votre Quartier
avant tout le monde.

Super!
Nous confirmons votre inscription
Désolé, une erreur s’est produite.
Recommecez plus tard.
Continuer vers le site