Parcours patrimoniaux

Au coeur des activités

Type : Quartier et District électoral

Description historique

*********************************************************************** LE BOULEVARD DE L'ANGE-GARDIEN *********************************************************************** La largeur inhabituelle du boulevard de l’Ange-Gardien, à la hauteur de la rue Notre-Dame, s’explique par le marché public qui s’y trouvait au 19e siècle. Ce marché, édifié selon les devis du maître menuisier et entrepreneur Laurent Dorval, est alors construit à l’initiative du docteur Jean-Baptiste Meilleur. Peu achalandé, le marché se délabre et n’abrite finalement que les vagabonds. Vers 1883, il déménage sur la rue Saint-Ignace afin de laisser place à la voie ferrée du P’tit Tardif. Il est démantelé en 1932. Dès le milieu des années 1800, le boulevard de l’Ange-Gardien devient la principale artère du village. La Compagnie du Chemin de fer de L’Assomption y établit donc son premier terminus à l’angle de la rue Saint-Eustache (aujourd’hui, Dorval). Il est plus tard déplacé au coin de la rue Sainte-Anne et, vers 1900, à la hauteur de la rue Saint-Jean-Baptiste. Ce minuscule chemin de fer, construit par Louis-Adélard Sénécal, relie L’Assomption à L’Épiphanie. Il est cependant connu d’après le nom du chauffeur-mécanicien de la locomotive, Bénoni-Zoel Tardif. En 1903, l’établissement de la liaison Montréal-Joliette, qui passe par L’Assomption et L’Épiphanie, entraîne la disparition du P’tit Tardif.

Liens et documents

06 - coeur des activites - final

Inscription à

l’infolettre du QDA

Inscrivez-vous à l’infolettre du Quartier des Arts et soyez
informé des nouveautés et primeurs de votre Quartier
avant tout le monde.

Super!
Nous confirmons votre inscription
Désolé, une erreur s’est produite.
Recommecez plus tard.
Continuer vers le site